Bienvenue sur Ville Onmyouji ! Vous rêvez de devenir un exorciste des temps modernes ou un démon ? Rejoignez nous vite et partez à l'aventure dans un monde fantastique !
 

Partagez | 
 

 Évent ~ It's Christmas, It's Suffering

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité


MessageSujet: Évent ~ It's Christmas, It's Suffering  Ven 16 Jan - 2:55

La crainte. C'est dans une terreur justifiée que tu poses les pieds dans ce territoire. Pourquoi ? Parce que tu es poursuivie. Par qui ? Par ceux qui gardent cet endroit. Pourquoi es tu là ? Pour échapper. À quoi ? Tu ne le sais pas. Tu coures, tes pieds semblent si légers au contact des feuilles de nénuphars, t'empêchant de t'enfoncer dans l'eau croupie. Tu es si douce et si légère, une merveille, un joyaux, courant à en perdre haleine dans cet abîme pestilentiel. Mais tu ne t'arrêtes pas. Tu t'élances, tu attrapes la branche, tu te soulèves et rebondis. Et derrière toi, comme le voile de la future mariée que tu es, les neufs te suivent. Le pelage doux et blanc, pur, te suit partout, et t'aide dans les pires moments. Quand tu tombes justement, c'est l'union et la coordination parfaite de tous tes membres qui te permet de ne pas toucher l'eau, de ne pas le réveiller, le Yasei aquatique.
Et ta course continue. Tu es essoufflée, mais le gardien est toujours là. Alors tu ne t'arrêtes pas. Et tu passes la zone la plus dangereuse. Et tu regardes derrière toi. Ton poursuivant arrive. Tu ne souhaites pourtant qu'une seule chose...


Être tranquille.

Alors tu t'encastres entre deux arbres, et la magie opère. Tu le sens monter en toi, l'esprit. Tu la sens s'étendre dans tes muscles, la Peur. Tu es prêtes à attaquer, à le surprendre, à le battre. Tu veux avoir l'autorisation de rester, et en ce marais, l'une des seules façons d'obtenir ce que tu veux est d'impressionner. Alors tu choisis une Peur, et Tu t'allonges, dans l'herbe et la boue partiellement gelée par le froid de l'hiver et tu l'utilises. Kyofu. Le Yasei poursuivant arrive et te voit. Et il tombe, apeuré. Il a vu sa propre mort. Il en est terrorisé. Tu es surpuissante, tu es toute puissante, et tu veux passer. Tu en gagnes ainsi le droit, et le Yasei te laisse avec tes démons intérieurs. Il a été vaincu, et tu passes.
Alors tu peux revenir sur tes pas, et trouver la méditation entre ces marécages boueux. Car ici tu es sûre de ne pas être dérangée. Du moins tu le crois. Tu seras seule. La saleté n'est pas ton problème car elle est naturelle. Totalement naturelle. Et tellement peu gênante. Tout ce que tu veux c'est...

Être tranquille.

Alors une fois que tu as trouvé le lieu qui convient, tu t'assois en boule, tes queues autour de toi. Tu as peur. Tu veux rentrer. Mais tu l'as vu... Fabyl t'a regardée. Il t'a regardée avec ce sourire vainqueur, ce sourire fou. Tu sais qu'il retentera. Tu sais qu'il ne pense qu'à une chose : ton corps. Alors quand il t'a regardée, tu as pris peur. Tu t'es souvenue de cette fois. Tu t'es souvenue de ce que seul Gray, Fabyl et toi savez. Tu n'en as même pas parlé à ta fiancée, tu as trop peur de sa réaction. Tu as trop honte de l'avoir subi. Tu te sens sale tous les jours. Tu te sens malpropre, et tu recherches le réconfort. Mais cette histoire te hante. Elle te hante comme toujours. Elle te hante car elle n'est pas si vieille. Elle te hante car tu n'es pas assez forte. Elle te hante car il a détruit une partie de toi. Elle te hante car c'est un viol. Ton grand frère... t'a enfoncé sa verge dans la bouche. Il t'a violé la bouche. Il a fait ces incessants, interminables va et viens, pour finalement libérer le liquide nauséabond de son organe. Il t'a violé la bouche, et tu as été obligé d'avaler pour respirer. Le goût pestilentiel de ce liquide blanc et visqueux te rappelle l'odeur de ce lieu. Mais tu aurais mille fois préféré avaler la boue des marais que le sperme de Fabyl. Et tu as mal. Tu pleures. Tu repenses à cet acte, et tu pleures. C'est horrible. Alors tu prends ta tête entre tes mains et tu cries. Les mêmes hurlement de la fameuse fois. Tu ressens tous les spasmes de ton corps. Tu ressens tous les frissons. Tu te rappelles du goût exact, des pensées exactes. Tu veux vomir. Tu veux mourir. Tu veux...

Être tranquille.

Et tu revois la scène... Plusieurs fois. Tu revois Fabyl baisser son pantalon et te l'enfoncer. Tu le revois faire ses allers et venues, et te révéler qu'il t'espionne depuis toujours. Tu réentends ses paroles lorsqu'il te dit qu'il est toujours derrière la porte ou le rideau de ta douche. Tu reprends peur en te rappelant ses révélations à propos de quoi il s'était masturbé avec une de tes culottes. Tu as peur. Tu as clairement peur. Et tu eus peur. Alors tu essaies de faire le vide dans ta tête. C'est du passé, mais c'est trop récent. Alors tu penses à elle. À Lyla. Tu t'accroches à elle, à son corps, à son visage, à son amour, à cette demande, à ta bague. Et tu regardes ton alliance que tu serres fort entre tes doigts fins. Et tu t'abrites derrière ces pensées qui ne suffisent pas à te préserver. Par dessus Lyla, tu vois le visage de Fabyl. Et tu cries. Et tu éclates en sanglots. Et tu sens tes queues te refermer comme une coquille. Et tu sens son insaisissable regard noir sur tes épaules. Tu es effrayée.
Tu cherches alors la solitude. Tu as cherché la solitude dans ce terrain marécageux, car quelques fois, même les tendres douceurs de ta fiancée ne fonctionnent pas. Mais tu es coincée désormais, car tu n'es plus assez forte pour te relever. Tu n'es plus assez forte pour faire face. Tu ne mérites peut être pas Lyla. Tu ne mérites peut être pas le poste de chef. Tu ne sais pas assurer ta santé, tu ne sais pas faire table rase du passé. Tu es faible. Tu n'es pas digne. Et tu as voulus...

Être tranquille.

Et maintenant que tu es seule, tu rouvres les yeux. Tu les essuies, tant pis pour tes manches. Tu as peur. Ton visage est rouge. Rouge de larmes. Rouge de pleurs. Tu comprends enfin ce que tu infliges avec ton pouvoir, mais tu ne comprends pas pourquoi tu as cette boule dans ton ventre. Tu as mal. Tu regrettes. Tu n'aurais jamais dû partir comme ceci. Tu veux rentrer et te blottir contre elle, contre ta chérie, mais tu ne veux pas être proche de lui. Pas alors qu'il est en prison en ce moment près de tes quartiers. Alors tu te dis que rester cacher est la meilleure solution. Tu as peur. Tu as même plus que ça. Ce n'est plus de la peur, c'est de la terreur. C'est de la frayeur. tu as voulus être tranquille et maintenant tu es seule à cause de cette décision idiote. Tu veux rentrer. Mais de toutes façons, tu sembles être perdue. Autour de toi il n'y a rien d'autre qu'une odeur prenante et des arbres flétris. Alors tu poses ta tête contre le tronc, et tu laisses un torrent de larmes partir le long de tes joues. Que peux tu y faire ? Tu es perdue, en plein cauchemar. Tu es ratée. Tu es une ratée. Ont ils remarqué ton absence ? Te cherchent ils ? Peut être, mais tu es malheureusement - cette fois - une espionne discrète et tes traces n'ont jamais, pas une seule fois, été laissées dans ta course endiablée. Comment pourraient ils retrouver leur chef de clan ? Comment ? Peut être Lyla, elle te connaît si bien... Mais peut être pas assez pour deviner avec exactitude. En bref, tu es véritablement seule. Mais tu ne veux plus...

Être tranquille.

Alors tu fermes les yeux, mais tu retombes systématiquement sur le viol. Tu ne pourras peut être jamais te reposer.. Et quand tu les rouvres, tu te revois, il y a un an de cela, juste après Fabyl. Tu te revois pleurer et courir dans la forêt, dans le marais. Tu te revois crier, être en sanglots. Tu revois les Yaseis attendris te laisser passer. Et tu te rappelles Noël. Ils t'avaient aidée, les Yasei. Aujourd'hui tu étais entrée telle une voleuse, mais un an auparavant, tu t'étais montrée comme une divinité déchue, comme la renarde à neuf queues, comme le symbole. Et ils avaient allumer le lac de toutes ces belles lumières rouges et blanches. Et ils avaient positionner l'étoile symbolique sur ce même lac boueux que tu as devant toi. Les larmes te montent aux yeux. C'est Noël. Tu es partie le jour de Noël. Tu te laisses aller, alors que les Yaseis te reconnaissent, et tu vois l'étoile s'illuminer. Et un cri. Un appel. Un espoir

Lyla.

Tu la regardes, éberluée, elle coure vers toi. Comment t'a t elle retrouvée ? L'instinct. L'amour. L'amour est puissant. Alors tu sors du cocon de queues. Et tu te lèves. Elle t'enlace, elle t'embrasse, elle te garde tout contre elle et sèche tes larmes. Elle ne te harcèle pas, elle comprend ton mal, et elle sait que tu ne voudras pas parler. La solitude, tu ne la recherches, après tout, que pour fuir, et, pas idiote, elle sait que tu parleras le moment venu. Elle ne t'oblige donc pas à parler, mais elle parle.

- Joyeux Noël mon amour.

Et tu souris, malgré tes larmes. Et tu l'embrasses malgré tes pleurs. Elle est là, comme les Yaseis étaient là autrefois. Désormais, c'est elle ta vie, alors oublie le passé, oublie ton passé et suit le chemin que je destin t'a tracée, et suit le chemin que l'amour te trace.

- Joyeux Noël Lyla.
Revenir en haut Aller en bas
 

Évent ~ It's Christmas, It's Suffering

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Double nationalité: Une promesse dans le vent ?
» Petit Faucon [ Vent ] [PRIORITAIRE]
» Merry Christmas!!
» Port-Salut, un vent d’espoir souffle
» Allez viens j't'emmène au vent || Brooke ♣

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ville Onmyouji  :: Momo :: Forêt Ténébreuse :: Marécage-